Arret Sur Un Art Singulier La Photographie-Books Pdf

ARRET SUR UN ART SINGULIER LA PHOTOGRAPHIE
22 Sep 2020 | 2 views | 0 downloads | 15 Pages | 1.63 MB

Share Pdf : Arret Sur Un Art Singulier La Photographie

Download and Preview : Arret Sur Un Art Singulier La Photographie

Report CopyRight/DMCA Form For : Arret Sur Un Art Singulier La Photographie



Transcription

La seconde photographie est de Weegee, Entre 1935 et 1945 Weegee arpente les rues de New York notamment de nuit traquant les. meurtres les accidents de la circulation les incendies les arrestations pour des magazines. sensations Plein champ il fixe la mort des cadavres ensanglant s tendus sur la. chauss e souvent dans un tat d abandon et d indiff rence quasi extatique tandis qu ils. sont le centre hypnotique d une fascination lectrique Car c est cela que les photos de. Weegee rendent palpables non la mort mais les regards qui la croisent Et jamais la mort. ne se dit autant que dans ce contrechamp dans ces regards captifs de son spectacle dans. ces physionomies frapp es de son signe En contrepoint de l apaisement du cadavre ces. visages qui font face la mort expriment et jouent jusqu l incandescence leur propre. destin L objectif devient le masque de M duse qui fixe pour chacun le regard du mortel. que nous sommes, Cette photo Weegee l a intitul Leur premier meurtre 9 octobre 1941 Leur premier. meurtre comme l on dirait leur premi re fois La force de cette photo tient aux. expressions extr mement contrast es face la mort entre le mouvement hyst rique de. cette enfant au regard hypnotis sur le point de se jeter et d tre happ e elle m me par la. mort ce visage grave au premier plan dont le regard r fl chit courageusement l insondable. cet autre au dessus dont le rire est un d fi lanc au destin puis ces regards qui fuient qui. vitent le spectacle enfin cette pleureuse de convention au centre. Voil condens tout le th tre humain qui fait face la mort l instant que Weegee saisit est. ce moment nu o l homme affronte sa condition Alors cette photo cesse d tre le simple. clich d un fait divers Chacun de ces regards figure l affrontement singulier de l homme et. de la mort, 2 Faire voir et donner penser t moigner protester c l brer. Dans Le partage du sensible le philosophe contemporain Jacques Ranci re souligne quel point. toute politique est avant tout une fa on de mettre en ordre la sensibilit en imposant un certain. r gime commun des sens l ordre social serait ins parable de cette sensibilit commune de cette. fa on d ordonner la perception de chacun selon les m mes valeurs la m me esth tique Or la. cr ation artistique parce qu elle donne forme une sensibilit singuli re affronte ce partage. commun de la sensibilit ins parable de l ordre social Face aux repr sentations g n riques et au. regard orient de la communaut l uvre d art oppose la gloire du quelconque selon Ranci re. c est dire tout ce qui est rejet hors du spectacle commun. Parce qu elle est elle m me image la photographie interroge bien plus que tout autre art ce. spectacle commun du r el D pla ant notre regard elle fixe ce que le spectacle ignore ce qu il. rejette hors de la sc ne des valeurs communes En ce sens le regard du photographe est toujours. intempestif L o l image m diatique ordonne des fictions et des fantasmes communs produit des. genres abstraits le mannequin la star l enfant le pauvre le soldat etc comme s il existait quelque. chose comme la femme de trente ans l arabe ou le fonctionnaire la photographie nous. d voile des singularit s des existences singuli res des visages des paysages singuliers qui. trahissent l abstraction de cette imagerie commune et la traversent Il s agit de faire voir ainsi ce qui. ne se laisse pas classer ce sur quoi le discours n a pas de prise soudain par del toutes les fictions. qui le recouvrent et l appr tent le banalisent ou le rendent supportable le r el surgit et il n y a pas les. mots L envers du d cor que d voile la photographie ce sont ces pr sences insoumises qui. d jouent le regard commun cynique lass que nous portons sur le r el et qui r fl chissent notre. condition humaine, Quoi de plus spectaculaire que la guerre Qu est ce qui peut ce point fasciner le regard et le. capturer Si la guerre est la matrice de tant d images et de fictions c est justement parce qu elle est. inimaginable et qu il n y a pas les mots pour dire l horreur dont elle est le signe Si la guerre est tant. repr sent e c est justement parce qu elle ne peut tre vue qu aucun regard ne peut la soutenir Et le. paradoxe de toute image qui tente d en figurer l horreur c est de rendre fictive cette horreur d en. faire un objet spectaculaire sensationnel en voulant la repr senter. Du Vietnam aux camps de Sabra et Chatila Don McCullin a mis en images les massacres du si cle. dernier Dans un entretien faisant retour sur son parcours de reporter photographe il note quand. je revenais au journal avec mes photos le r dacteur en chef s exclamait Quelle horreur Ca fera. une bonne double ou Pauvres gens C est la couverture et je jouais le jeu Saisissant. spectacle que celui de la violence pure et capable de faire vendre. Ce que nous donnent voir les photos de McCullin c est justement l invisible et l indicible de toute. guerre L image alors figure l inimaginable elle figure en elle ce qu aucune image ne saurait. repr senter McCullin a plac son travail sous l exigence thique du t moin T moigner ce n tait pas. pour lui rendre visible la guerre mais plut t rendre visible son invisibilit m me une barbarie. qu aucune image ne peut fixer sans la transformer en un spectacle ordinaire. Cette photographie tout particuli rement figure cette horreur de la guerre qui ternellement. demeurera hors champ irrepr sentable Que voit on Un soldat qui semble poser selon les codes. du portrait tenant son arme comme un prince son sceptre un ma on sa truelle. Ce pourrait tre un portrait exemplaire pour papa et maman le fiston qui pose en d fenseur de la. nation Nulle violence la guerre semble lointaine et n est pr sente qu au travers de ses apparats le. costume et l arme En ce sens il pourrait tout aussi bien jouer jouer au soldat jouer au h ros. Et puis il y a ce regard totalement absent d finitivement ailleurs ce regard br l mort qui ne voit. plus rien ce regard qui s est arr t d finitivement fixe ce regard qui a vu l insoutenable et que l on. ne saurait son tour soutenir parce qu il d nonce la complaisance l innocence de notre regard. Soudain la paix d un portrait de convention se transforme en une violence pure cet homme ne joue. pas tre soldat jamais plus il ne quittera la pose d finitivement gar perdu pour lui m me pour. les autres Il a vu Et ce qu il a vu aucune image ne peut le figurer. T moigner c est figurer ce que l on ne peut montrer une humanit et une inhumanit que les. images ignorent, Le spectacle qu une soci t se donne elle m me ne conna t que le langage de la.
d mesure de l extraordinaire et du sensationnel, Qu il s agisse de la mort qu il s agisse tout autant du bonheur. Qu est ce qui est en effet le plus objet images sinon le bonheur Pour l occasion. l image devient clinquante brillante et putassi re comme chaque publicit sait l tre. Chaque soci t a besoin d images pour c l brer ses propres valeurs les assener comme. des mots d ordre orienter le regard de tous vers les m mes mod les le bonheur est une. mobilisation g n rale des d sirs Il faut prendre le rang Les images produisent et. entretiennent ce r ve commun attirant le regard vers des objets communs grosses. voitures grosses maisons et autres quincailles d coupant le monde selon des lieux de. bonheur et des lieux insignifiants un monde jouir et un monde o il n y a rien voir. C est cette g ographie du bonheur cette fa on d ordonner le r el selon les mots d ordre que. se donne une soci t le n tre est consommation que l art et tout particuli rement la. photographie conteste Il s agit ici de ramener la pr sence ce que le spectacle m prise. l invisible en marge des normes de notre d sir, Il s agit d aller y voir l o l on nous dit pourtant qu il n y a rien voir parce qu il n y a rien. acheter de s arr ter un endroit o aucun guide touristique ne nous signale une curiosit. touristique de contempler ce que l on nous dit pourtant tre sans int r t de regarder c t. ailleurs quand on nous demande de fixer tous le m me point Ce sont les photos de Lee. Friedlander qui d voilent la po sie la beaut et l clat du bonheur l o l on ne penserait. jamais les trouver dans les friches de nos zones industrielles et commerciales les murs. graffit s de Brassa ou bien encore les grandes villes de Raymond Depardon qui ne. s attache pas aux lustres aux grands monuments aux vitrines de nos cit s mais leurs. lieux de passage cette vie bruissante qui leur donne une me. Le bonheur ne se livre ainsi qu celui qui sait reconqu rir un regard libre sur le r el Et. chacune des ces photos saisit soudain cette po sie toute proche et ignor e c l bre un. monde aventureux merveilleux in puisable un monde qui n a pas de place dans. l inventaire de nos valeurs, Le r el est un continent nouveau la photographie et l art en g n ral nous invite en. tenter l aventure Parce qu un tel bonheur n est possible que si nous nous mancipons des. valeurs qui ordonnent notre exp rience c l brer ainsi le r el c est aussi protester contre. les fictions communes qui l ordonnent Rien n est plus politique qu un regard libre et aimant. port sur le monde Nous retrouvons alors un r el qui dans sa richesse d borde les. images et les mots qui pr tendent l emprisonner, La photographie suivante est de Boubat Elle prend place dans une s rie sur Paris. Vous qu avez vous vu lors de votre voyage Paris Sans doute comme moi le. monumental l extraordinaire les lieux spectaculaires ce que l on va voir parce qu on nous. dit qu il faut y aller, Boubat lui a vu une enfant ivre de printemps se laissant recouvrir par les fleurs d un.
cerisier instant d ivresse et de bonheur fou, Ne cherchez pas aucun guide touristique ne r pertorie ce type d v nements Il ne s offre. qu celui qui ignore les g ographies usuelles ces g ographies qui dirigent nos regards et. ordonnent nos pas, 3 La transfiguration du r el, Soudain que voyons nous. Quelle r alit percevons nous Quel est ce r el qui s impose nous avec la force de l vidence. Loin que nous ayons affaire la pr sence vierge et imm diate des choses nous percevons une. r alit ordonn e par nos concepts et nos finalit s pratiques La r alit que nous percevons est une. r alit interpr t e soumise aux exigences de notre action et de notre connaissance nous nommons. r el ainsi le processus d objectivation et la somme des op rations par lesquels nous attribuons. une signification aux choses selon nos besoins et nos d sirs En ce sens comme le note Bergson. dans un passage de son essai sur le Rire l utilit est la norme qui ordonne le champ du visible. toutes choses tant per ues ainsi au travers de ce filtre qui leur conf re une signification univoque. Mes sens et ma conscience ne me livrent donc de la r alit qu une simplification pratique Dans la. vision qu ils me donnent des choses et de moi m me les diff rences inutiles l homme sont. effac es les ressemblances utiles l homme sont accentu es des routes me sont trac es. l avance o mon action s engagera, Je vois et ce que je vois ce ne sont pas les choses ce miroitement myst rieux de formes dont. chaque sensation est une esquisse instable et qui contin ment glissent et s tiolent vers de. nouvelles m tamorphoses ce n est pas cette alchimie qui m le dans un m me mouvement la. couleur et le temps la lumi re et la mati re l clat d une ligne et l ombre inchoative Ce que je vois. c est un objet pr hensible manipulable un code et une fonction le succ dan d un concept un. exemplaire une marchandise une miniature docile l usage et au savoir Tel est le monde qui se. livre nos perceptions secondes selon Merleau Ponty un monde pass au rabot de la logique et. de l action o tout ce qui surgit a toujours t fatalement vu et se dispose peine entraper u tre. d j reconnu Quand je regarde rapidement les objets qui m entourent pour me rep rer et. m orienter parmi eux c est peine si j acc de l aspect instantan du monde j identifie ici la porte. ailleurs la fen tre ailleurs ma table qui ne sont que les supports et les guides d une intention. pratique orient e ailleurs et qui me sont donn es comme des significations En de de ce monde. encod soumis notre volont demeure une nappe de sens brute et de sensations originaires. qui m lent l intelligence et le monde dans l clat d une m me naissance. De tous les arts la photographie est semble t il celui qui se plie le plus servilement aux lois de la. repr sentation Inventaire pour m moire d un monde d objets elle serait le tirage exact de nos. certitudes Comment op rer en effet un d r glement de tous les sens quand on ne dispose pas. des roueries de la m taphore quand on ne peut rien jeter la face du r el ni gestes ni sons ni. couleurs Comment s insurger contre l objectivit quand on se livre elle avec toutes les affres de la. pr cision optique Comment d jouer le r el avec un objectif. Dans l Instant d cisif Henri Cartier Bresson fait de cette docilit face au r el le ma tre mot de son. art le photographe note t il doit approcher le sujet pas de loup m me s il s agit d une nature. morte Faire patte de velours mais avoir l il aigu Pas de bousculade on ne fouette pas l eau avant. de p cher Art discret donc que celui du photographe art du guetteur qui se tient l aff t et dont le. geste doit devenir quasi imperceptible il faut apprendre la l g ret savoir s absenter pour. surprendre le jeu myst rieux des choses abandonn es leur libert. Et pourtant si la photographie est pauvre en tours et en ruses si elle ne dispose pas d un attirail. complexe pour escamoter le r el avec prestige elle est aussi sans doute l art qui en affronte. l illusion avec le plus de t nacit Loin de fuir le monde elle en fixe l pret elle s enfonce dans. Il s agit ici de ramener la pr sence ce que le spectacle m prise l invisible en marge des normes de notre d sir Il s agit d aller y voir l o l on nous dit pourtant qu il n y a rien voir parce qu il n y a rien acheter de s arr ter un endroit o aucun guide touristique ne nous signale une curiosit 1 1 nous

Related Books

motociclismo Nesville Moto Guzzi Karakter Motoren in

motociclismo Nesville Moto Guzzi Karakter Motoren in

Motociclismo settembre 2018 A n 80 s Enduro will be your first thought getting on to the Moto Guzzi V85TT The comfortable seat makes longer rides a breeze the tight waistband is perfect for a standing ride the fuel tank is large enough to avoid frequent stops and well moulded for the knees The handlebars are well distanced and wide enough to have perfect control The dry weight

Superior White Cooper Engine heritagecenter us

Superior White Cooper Engine heritagecenter us

different parts of the country returning to purchase a machine shop where he perfected the Superior gas Engine in 1893 He moved the shop 3 times finally resting on Sheridan Avenue in 1902 which was equipped for the manufacture of his gas engine At that time 20 of the world s oil supply came from the Lima Ohio area and it was his intent to supply the oil industry with a gas engine that

Cooper Bessemer LSV reconditioning ppt Turlock CA

Cooper Bessemer LSV reconditioning ppt Turlock CA

Cooper Bessemer LSV reconditioning guidelines Restoring the block liners and cylinder heads to factory relational dimensions Understanding the dimensional relationship of the wear surfaces of the head to the liner to the block The Relationship In order to function properly the block liners and heads need to be restored to factory dimensions If any one of the three is out of sp

Cooper Bessemer Overhauls Best Practices

Cooper Bessemer Overhauls Best Practices

Cooper founded in Mt Vernon Ohio First horizontal integral Introduced GMV Introduced GMW Introduced W 330 Reintroduction of W 330C3 Last W 330C2 Acquired by GE Oil amp Gas 1833 1910 1938 1947 1964 1994 2010 2015 GE Oil amp Gas becomes 2017 April 3 2018 1929 Cooper merges with Bessemer Corp

COOPER BESSEMER TYPE GMV INTEGRAL ANGLE GAS ENGINE COMPRESSOR

COOPER BESSEMER TYPE GMV INTEGRAL ANGLE GAS ENGINE COMPRESSOR

cooper bessemer type gmv integral angle gas engine compressor 1938 the gmv integral angle gas engine compressor was amajor contributor to the world s economy for more than half a century providing compression energy for the natural gas transmission gas treatment petrochemical refinery and power industries in the united states and forty four countries around the world the basic

CIUDAD TERRITORIO Y PAISAJE Hacia el Centenario de la

CIUDAD TERRITORIO Y PAISAJE Hacia el Centenario de la

Barcelona 14 y 15 de junio de 2018 C rdoba 28 y 29 de junio de 2018 fan ticos de cumbia en la ciudad de Corrientes Argentina FAU UNNE Becario Doctoral CONICET del Instituto de Investigaci n y Desarrollo en Vivienda IIDVi FAU UNNE Resistencia Argentina Alumno del Posgrado en Antropolog a Social PPAS UNaM Posadas Argentina 11 30 Guilherme Salvini Imaginabilidade da

Instrucciones para completar el formulario de Inscripci n

Instrucciones para completar el formulario de Inscripci n

Consulado General de Espa a en Mendoza Argentina e mail cog mendoza maec es Agust n Alvarez 455 CP 5500 Mendoza Argentina Tel 54 261 4258483 Fax 54 261 4380125 Instrucciones para completar el formulario de Inscripci n como RESIDENTE en el Registro de Matr cula Consular RMC 13 11 12 9 8 6 4 3 2 1 5 7 10 Consulado General de Espa a en Mendoza Argentina e mail cog

1departamento de Medicina sus factores en Temuco entre

1departamento de Medicina sus factores en Temuco entre

de riesgo y del riesgo cardiovascular global en la comuna de Temuco en hombres entre 35 y 65 a os entre 1989 y 2011 12 Dise o Comparaci n entre los resultados de 2 estu dios de corte transversal realizados en 1989 y en 2011 12 con igual metodolog a en la ciudad de Temuco Participantes En ambos estudios se realiz un muestreo

Evaluaci n funcional de lesiones intermedias en arterias

Evaluaci n funcional de lesiones intermedias en arterias

a Instituto Cl nico Cardiovascular Hospital Clinic IDIBAPS Universidad de Barcelona Barcelona Espa a b Hospital de Cardiolog a Centro M dico Nacional Siglo XXI Instituto Mexicano del Seguro Social Ciudad de M xico M xico c Dipartimento di Cardiologia Ospedale C e G Mazzoni Ascoli Piceno Italia RESUMEN

Reducci n del riesgo cardiovascular en mujeres adultas

Reducci n del riesgo cardiovascular en mujeres adultas

universitat aut noma de Barcelona Barcelona espa a 3carrera de Kinesiolog a Facultad de salud universidad santo tom s los ngeles chile 4centro de investigaci n en Metabo lismo ejercicio y salud cieMets departamento de educaci n F sica universidad de la Frontera regi n de la araucan a chile 5sociedad chilena de iencias del ejercicio nutrici n y salud aProfesor de

Exc s de Mortalltat en Una rea Urbana C ntrica El Cas de

Exc s de Mortalltat en Una rea Urbana C ntrica El Cas de

econ micamenle de la ciudad de Barcelona con los de toda la ciudad utilizando los dalas de las delunciones de los a os 1983 87 los datos proceden del Bolet n Esladislico de Delunci n Se han cal culado las lasas brutas las especificas por edad sexo y causa la esperanza de vida los A os Potenciales de Vida Perdidos APVP la Raz n de Mortalidad Comparativa RMC y la mortalidad